Rechercher
  • Acuseminars

Comment traverser le vent des changements du printemps ?

Le début du printemps nous surprend toujours par le « Vent des changements » associé avec cette saison qui balaie le passé afin d’établir de nouvelles fondations. Comme un Mandala tibétain, quand une communauté rassemble tous ses efforts et ses talents pour construire un dessin magique sur le sable puis le balaie à la fin pour en commencer un nouveau. Cette année, c’est plutôt un « Ouragan des changements », dévastateur et impitoyable, en forme de guerre qui attaque le monde.

Comme dans un marathon, la guerre impose l’endurance, à la fois physique et émotionnelle. Ce n’est qu’en tenant la distance que l’on peut vaincre. La colère et l’irritabilité, associées au printemps, peuvent embrouiller la vue et la perception de la réalité, surtout que les yeux sont particulièrement sensibles dans cette saison. C’est peut-être la raison pour laquelle les deux points du méridien de la Vésicule Biliaire, qui rentre aussi dans une période maximale d’activité et d’instabilité, portent le nom « Les yeux qui Pleurent », respectivement sur les pieds et sur la tête (VB41 et VB15). C’est le message symbolique du nettoyage de printemps, comme une douche interne : une fragilité particulière des yeux, irrités par le vent et les pollens, mais aussi une sensibilité émotionnelle extrême, quand les larmes débordent de détresse et d’impuissance face à l’injustice et à la violence, et recouvrent le regard d’un voile de brume.

La seule façon de traverser le « Vent des changements » consiste à le suivre, tout en gardant les fondations fortes et la structure droite. Pour nous, les thérapeutes, notre fondation est bien déterminée : aider les autres au maximum possible sans se préoccuper de soi. Paradoxalement, l’altruisme est aussi égoïste car lorsqu'on s’occupe des autres, on se sent heureux et à sa place. Mais pour cela, il faut de l’endurance, physique et émotionnelle, car l’effort sera durable.


Mes conseils concernent donc votre état de bien-être à long terme. Une discipline désormais s’impose :

  • Retrouver la légèreté : on bouge plus facilement et le « voyager léger » permet d’avancer plus vite. Pour cela il n’y a pas de secret, un régime alimentaire strict s’impose sans se permettre d'écart. Installez un jeune intermittent avec 16 heures de pause entre le dernier repas pris à la veille et le premier repas du lendemain. Pendant les 8h qui restent, essayez de manger surtout des fruits, au moins pour le premier repas de la journée. Tâchez de manger plus souvent des petites portions pour ne pas surcharger la digestion. Surveillez l’élimination qui doit être stimulée par les fruits et légumes.

  • Faire des exercices de Qi Gong (nous proposons une routine complète sur notre site) ou faire du sport, car les mouvements font circuler le sang, le lymphe et l’énergie après la stagnation de l’hiver.

  • Stimuler les points « Les yeux qui pleurent » (VB41 et VB15), situés respectivement sur le dos du pied dans l’espace de l’articulation entre les quatrième et cinquième orteils (VB41) et derrière la ligne d’insertion des cheveux sur le front au-dessus du milieu des orbites (VB15).

73 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout